opera.com

Mode lecture

CPI: après sa marche avortée, le collectif des victimes annonce d'autres actions

Jephté 06/24/2020

Voir les images dans l'appli et economisez jusqu'à 80% de data

Après la marche avortée du collectif des victimes de Côte d'Ivoire (CVCI)) au Plateau, le mardi 23 juin 2020, le président de la CVCI annonce des jours mouvementées pour protester contre les décisions de la CPI en faveur de Laurent Gbagbo et Blé Goudé.

joint au téléphone ce mercredi, Issiaka Diaby indique qu'il a fallu de peu que ses amis et lui investissent la commune des affaires du Plateau pour crier leur mécontentement au regard de la souffrance des victimes

''Nous étions à quelques heures de notre manifestation devant le siège du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) au Plateau quand les premiers responsables de cette organisation nous ont invité à la discussion. Ce fut un moment d'échanges fructueux entre les deux parties. Même si nous allons conserver les acquis des échanges, les victimes projetteront des marches de protestation, très bientôt, pour empêcher le retour de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé en Côte d’Ivoire », a indiqué Issiaka Diaby. 

 Pour Issiaka Diaby, la Cour pénale internationale et l'État de Côte d'Ivoire ne rassurent plus les victimes. 

 ''L’attitude de l’Etat de Côte d’Ivoire ne démontre pas que nous sommes dans un État de droit. Un accord intervenu entre deux personnes devient force de loi. L’État de Côte d’Ivoire a des devoirs avec la CPI. Face au manque de justice en Côte d’Ivoire, nous estimons que tous les Ivoiriens sont en danger. Il ne faut pas fouler au pied la dignité de la vie humaine. Si la CPI a libéré Laurent Gbagbo et Blé Goudé, c’est parce que les autorités ivoiriennes ne prennent pas les victimes au sérieux », déplore Issiaka Diaby.

Avant de conclure: « Depuis 1990 jusqu’à nos jours, il y a eu des violences en Côte d’Ivoire. Les auteurs n’ont jamais été inquiétés. En 2000, il y a eu des violences, en 2002, il y a eu des tueries occasionnées par la rébellion du 19 septembre. La question d’impunité doit être au cœur des décisions de la justice nationale et internationale. Nous sommes en train de subir des actes inacceptables en Côte d’Ivoire. Il y a eu 3 000 morts en 2010. Qui sont les auteurs. On veut une réponse claire à cette question. Les auteurs sont partout. Ce n’est pas Laurent Gbagbo seul, encore moins le camp Gbagbo seul. Le seul dossier de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé n’a que trop durée. La justice nationale et internationale doit trouver les auteurs des différents crimes», exige désormais Issiaka Diaby.

JeptherLe Grand

Source: opera.com
Les opinions exprimées par l'auteur de cet article ne sont pas celles d'Opera News. Lire Plus>>
Meilleurs commentaires
GUEST_RlRvpw4GW · 06/25/2020
Issiaka Diaby arrêtez votre cinéma. Vous êtes toujours dans cette mise en scène. Arrêtez de provoquer les ivoirois (les victimes les plus nombreuses) qui jusque là n'ont rien dit et encore rien fait devant l'arrogance des véritables bourreaux en liberté. Ne nous provoquez pas.
Légionnaire · 06/24/2020
Moi j'aime bien ce Issiaka par rapport à la fin de son texte. Parce qu'il a bel et bien compris que 2 camps se sont affrontés et depuis 10 ans, c'est un seul camp qui est persécuté. Il faut que l'autre camp aille aussi à la CPI sinon ça risque de rester comme ça. 3000 victimes officielles, sans compter ceux de l'ouest. Fatou avait dit qu'elle prenait en compte 2002. Voilà.
Kritdevie · 06/25/2020
Dans cette crise que ce pays a traversé, ça présente pas bien que seulement un seul camp se targue d'être les seules victimes. Il n'y a pas que les femmes d'Abobo. avant elles, il y a eu les danseuses d'adjanou, les gendarmes de Bouaké, les massacres de Guitrozon et Petit Duekoué, sans oublié plusieurs quartiers d'Abidjan. Si un véritable responsable des victimes doit se prononcer, il serait convenable que ce dernier le fasse au nom de tous ceux qui ont subi ces atrocités quelque soit le camp. mais passer son temps qu'à brandir le cas de ces femmes, ça ne fait pas juste. Si ce problème des victimes ne semble pas trouver de solution quant à trouver les véritables auteurs, il n'y a pas à s'acharner sur un seul camp ou un seul individu. soit tout le monde est coupable ou soit tout le monde doit être innocenté et on trouve des mécanismes pour clore définitivement ce cas.
+225-0127**** · 06/26/2020
ce sont issiaka où je ne sais quoi tu est très bête hein les rebelles qui ont tué les ivoiriens tu ne manifeste pas contre eux hein KO faut pas Gbagbo et blé goude viennent en côte d'ivoire toi même tu est ivoirien ennui la

Moins d'internet, Plus de News -- Moins de 1MB