opera.com

Mode lecture

Laurent Gbagbo : les conséquences d'un acquittement !

Kadhondelatte 2d

Voir les images dans l'appli et economisez jusqu'à 80% de data

Nous sommes présicement le 11 Avril 2011, en Côte d'Ivoire, où toute la population retient son souffle. L'ancien Président , Laurent est présenté à la télé , presqu'à bout d'une guerre électorale qui aura tenue en haleine toute la population ivoirienne. C'est une arrestation qui soulageait énormément la ville d'Abidjan, théâtre de rudes combats armés dont l'issue permettait à Allassane Ouattara de prendre d'une façon significative le pouvoir d'Etat et d'en être seul maître des symboles. Il faut rappeler que pour la première fois, la quête du pouvoir ne s'est pas contentée du terrain électoral, dont le point de vérité se trouve dans les urnes. C'est une course qui a dépassé la proclamation de résultats pour aboutir à la création de deux Républiques opposées. L'une au Golf Hôtel, l'autre encore dans les bâtiments officiels jalousement gardé occupés par le président qui devait sortir.

Laurent Gbagbo était tout de suite vu comme l'inévitable coupable d'une crise qui aura fait officiellement 3000 morts. C'est un homme, qui devrait répondre à plusieurs chefs d'accusation au nombre desquels, le crime contre l'humanité était évoqué. Après quelques mois détenus à Korhogo l'ancien président pris son ticket d'avion qui l'emmena jusqu'en Europe, non pas pour un voyage de luxe, mais dans le costume d'un prisonnier politique international. En tant que tel, il est devenu pensionnaire de la CPI.

En réalité, vue l'évidence dans laquelle on attendait sa condamnation, plus personne ne croyait à un rebondissement spectaculaire de cette affaire. Mais, contre toute attente, un acquittement fut prononcé le 15 Janvier 2019 Bien sûr, que pour un accusé comme Gbagbo Laurent, on pouvait facilement deviner un éventuel procès en appel. Mais avant, on est bien dans une procédure qui prend les pas de caméléon au milieu de mille et un enjeux politiques. En effet, dépuis que l'acquittement fut prononcé, certains supporters de Gbagbo n'envisagent rien d'autre que son retour sur ses terres ivoiriennes. Pendant que cette situation plonge d'autres dans des sentiments du genre:"tout n'est pas dit sur l'affaire". Dans la foulée, le collectif des victimes a bien senti qu'il risque de perdre une bataille pour laquelle la messe semblait dite.

Pour l'ivoirien lambda, nous revoilà à la case départ, où on s'échinait à nous questionner sur les véritables coupables de la crise postelectorale. Tous les ivoiriens peuvent être unanimes : le premier suspect présenté à la justice est bien Laurent Gbagbo. Ce dernier semble aujourd'hui dans une situation où il se rapproche de plus en plus de l'acquittement final, que d'un retour sous les verrous. C'est dire, que le premier suspect en la personne de Coudou Laurent Gbagbo, est une fausse piste, pour utiliser le terme cher au monde des enquêteurs. Mais, dans la justice, on ne baisse jamais les bras, pour une affaire de si haute importance qu'une accusation au sommet des choses de l'Etat, où le peuple a été victime d'événements de nature à mettre en péril la confiance, l'harmonie, la paix sociale. La CPI devrait cibler un autre potentiel coupable. Laurent Gbagbo ne peut être le seul suspect d'une telle crise. S'il venait à être relâché, et décide de rentrer chez lui, la question sera à nouveau sur les lèvres de nombreux ivoiriens.

A savoir que si Gbagbo n'est pas coupable, qui pourrait bien l'être ? Si Gbagbo n'est pas coupable, qui peut bien être le prochain suspect ? Les autorités ivoiriennes peuvent-elles contribuer à trouver un autre suspect ? Où encore pour finir, le suspect numéro 2 doit_il subir un emprisonnement préventif ?

La possible mise en liberté totale de l'ancien président de Côte d'Ivoire, risque de mettre en suspend plusieurs points d'interrogation liés à la plus grande crise politique du pays. A moins de noyer toute cette affaire dans un véritable et sincère processus de réconciliation , voilà bien une histoire qui continuera de hanter plus d'un ivoirien, surtout à l'approche des dates d'élections présidentielles.

Source: opera.com
Les opinions exprimées par l'auteur de cet article ne sont pas celles d'Opera News. Lire Plus>>
Meilleurs commentaires
GUEST_AkZOQDPmq · 06/27/2020
C'est l'analyse d'un plaisantin. Il sait pertinemment que le responsable est dramanie outtara. C'est lui qui a crée tout ce drame. Il a fait donner le résultat dans son QG et a fait bombardé la résidence de Gbagbo par son parrain Sarkozy. C'est lui le responsable des 3000 morts. Il a fait tirer sur les jeunes patriotes à la résidence de Gbagbo. C'est lui ils le savent tous
ReneAguibahi · 06/26/2020
Je ne comprends pas bien ton analyse. Voudrais tu dire que seul Gbagbo pare ce que à La Haye devrait être condamné ?prkoi ne dis tu pas clairement que l'adversaire de Gbagbo devrait être aussi entendu à la Haye pare ce que Gbagbo acquitté
MahiCore · 07/1/2020
, ,,,,,,,,
GUEST_yqym6adbm · 06/27/2020
Pourquoi tournez-vous autour d'un pot dont tous les Ivoiriens dignes de ce nom, connaissent bien le contenu ?

Moins d'internet, Plus de News -- Moins de 1MB