opera.com

Mode lecture

Qui était Thomas Sankara, héros de la jeunesse africaine ?

Yacson95 2d

Voir les images dans l'appli et economisez jusqu'à 80% de data

Né le 21 décembre 1949 à Yako (Nord de l’ex-Haute-Volta), Thomas Sankara a été formé militairement à Madagascar. En janvier 1983, à la faveur d’un coup d’Etat, il est nommé premier ministre. Le pays connaît alors une période d’instabilité et de nombreuses tensions minent l’armée. Arrêté en mai, Thomas Sankara resurgit en août à la suite d’un nouveau coup d’Etat mené par son ami, le capitaine Blaise Compaoré.Lors d’un putsch en 1980 ce groupe de jeunes officiers se tient à l’écart, mais le nouveau gouvernement nomme Sankara secrétaire d’État à l’information pour le neutraliser. Il démissionne après quelques mois suite à l’interdiction du droit de grève et à la grève de protestation qui en résulte. Comme il a dénoncé vigoureusement et publiquement les atteintes aux libertés il est arrêté, dégradé et déporté. En novembre 1982, sur fond de mécontentement populaire, un nouveau coup d’État a lieu et un Conseil de Salut du Peuple prend le pouvoir. En raison de sa grande popularité et malgré son jeune âge, Sankara est nommé, en janvier 1983, Premier ministre de ce gouvernement militaire dont les orientations sociales et de politique étrangère ne sont pas unanimes.

Ainsi il devient président du pays durant la période de la première révolution burkinabè du 4 août 1983 au 15 octobre 1987, qu'il finit par totalement incarner. Durant ces quatre années, il mène à marche forcée, et y compris en recourant à la répression de certains syndicats ou organisations politiques rivales, une politique d'émancipation nationale.

Cependant le 15 octobre 1987, Thomas Sankara, le président du Burkina Faso, tombe sous les balles d’un commando. Trente ans après, à Ouagadougou, le souvenir de cet assassinat reste frais dans les mémoires de ses contemporains. Les questions hantent les anciens. RFI est allée à la rencontre de ceux qui étaient là, au moment de la mort puis de l’inhumation du capitaine révolutionnaire. A la rencontre de ceux également qui ont vu monter les tensions entre deux amis proches, Sankara et Compaoré. Ils disent leurs convictions sur ce qui s’est passé, à Ouaga, en cet an V de la Révolution.

N'oubliez pas de vous abonnez pour être au parfum de l'information !

@Yacson95

Source: opera.com
Les opinions exprimées par l'auteur de cet article ne sont pas celles d'Opera News. Lire Plus>>
Meilleurs commentaires
AnachFortine · 06/27/2020
abaa l'impérialisme française vive la révolution Africaine ✊✊🇧🇫
+bobo237-679n1 · 07/11/2020
si dieu pouvait nous donner comme ça au Cameroun?
+224-62809**** · 07/10/2020
Africain Héros?
+224-62809**** · 07/10/2020
Il faut dit héros de bourkina

Moins d'internet, Plus de News -- Moins de 1MB